Comment Notre Cerveau Utilise et Observe Autrui Utiliser des Outils

Séminaire :  François Osiurak (laboratoire EMC, Université Lyon 2)

vendredi 8/02/2019 de 10h00 à 12h00 en salle 007 - site Saint-Charles 1. 

 

Résumé : Depuis plus d’un siècle, les scientifiques ont eu tendance à interpréter les troubles d’utilisation d’outils comme un déficit de programmes moteurs spécifiques pour l’utilisation. C’est la fameuse hypothèse des connaissances sur la manipulation, qui reste dominante dans le domaine. L’objectif de cet exposé est de présenter des travaux récents qui questionnent cette hypothèse, en mettant en avant l’idée qu’utiliser un outil nécessite de raisonner sur les propriétés physiques des outils et objets. C’est l’hypothèse du raisonnement technique (Osiurak & Badets, 2016).

L’exposé débutera par la présentation synthétique de travaux réalisés par plusieurs groupes de recherche depuis désormais près de 20 ans, qui ont montré un lien fort chez les patients avec des lésions vasculaires de l’hémisphère gauche entre la capacité à utiliser des outils de la vie de tous les jours et de nouveaux outils pour résoudre des problèmes mécaniques (Osiurak & Heinke, 2018). Ces travaux ont permis non seulement d’étayer l’hypothèse du raisonnement technique, mais aussi de mettre en avant l’importance de certaines structures pariétales gauches – notamment la région PF au sein du lobe pariétal inférieur gauche – dans l’utilisation d’outils. 

La seconde partie présentera des travaux récents issus de la neuroimagerie qui ont confirmé le lien entre PF et la compréhension des actions mécaniques qui supportent l’utilisation (Reynaud, Lesourd, Navarro, & Osiurak, 2016). Ces travaux ont également permis de mieux comprendre comment les structures dédiées au contrôle moteur (i.e., sillon intrapariétal) peuvent interagir avec les régions cérébrales utiles pour le raisonnement technique.

Enfin, la dernière partie de l’exposé abordera les travaux actuels dans le champ de l’observation d’actions (Reynaud, Navarro, Lesourd, & Osiurak, soumis). Plus particulièrement, ces travaux semblent indiquer que l’observation d’actions outillées effectuées par autrui nécessite également de raisonner sur les actions mécaniques observées, suggérant que l’observateur n’est pas passif mais se construit bien une représentation technique de ce qu’autrui est en train de faire grâce aux outils. Ces résultats ouvrent des perspectives intéressantes quant à notre compréhension des processus cognitifs sous-tendant l’observation d’actions outillées et des phénomènes plus complexes comme la culture technologique cumulative (Osiurak, De Oliveira, Navarro, Lesourd, Claidière, & Reynaud, 2016). 

Références

Osiurak, F., & Badets, A. (2016). Affordance and tool use. Manipulation-based versus reasoning-based approaches. Psychological Review, 123, 534-568.

Osiurak, F., De Oliveira, E., Navarro, J., Lesourd, M., Claidière, N., & Reynaud, E. (2016). Physical intelligence does matter to cumulative technological culture. Journal of Experimental Psychology: General, 145, 941-948.

Osiurak, F., & Heinke, D. (2018). Looking for Intoolligence: A unified framework for the cognitive study of human tool use and technology. American Psychologist. 73, 169-185.

Reynaud, E., Lesourd, M., Navarro, J., & Osiurak, F. (2016). On the neurocognitive origins of human tool use: A critical review of neuroimaging data. Neuroscience & BioBehavioral Reviews, 64, 421-437.

Reynaud, E., Navarro, J., Lesourd, M., & Osiurak, F. (soumis). To watch is to work: A meta-analysis of neuroimaging data on tool-use observation network (ToON).